Olé !

Bonjour à vous tous, mes chers lecteurs !

Je reviens aujourd’hui pour vous livrer mes derniers instants d’été, histoire de vous réchauffer un peu en ce début de rentrée (je ne sais pas vous, mais personnellement j’attaque cette nouvelle année avec une grande charge de travail dès les premières semaines !). Je vous propose alors de vous évader le temps d’un instant ; imaginez que nous sommes en plein été, la chaleur bat son plein, les journées sont longues et paisibles, vous avez l’impression que rien ne peut vous arrêter et que la vie vous appartient… Vous êtes avec moi ? Alors soyez prêts, nous embarquons pour une destination (très) chaude et ensoleillée : l’Espagne !

img_2305

Plus précisément, je vous embarque aujourd’hui dans la fabuleuse capitale qu’est Madrid ! La vie espagnole… Non, ce n’est pas un mythe et, oui, il faut ABSOLUMENT adopter le mode de vie madrilène lorsque l’on est sur place. inutile de se lever aux aurores pour profiter de sa journée : rien n’est ouvert avant 10 heures (au minimum !) là-bas. Pour cause : nos chers amis espagnols vivent la nuit ! Leur rythme, tout du moins en été, se base sur l’intensité de la chaleur. Ils ont pour habitude de dormir le matin, donc se lever tard, faire une petite sieste en après-midi lors du pic de chaleur, puis commencer à sortir aux environs de 16h30 jusqu’au bout de la nuit (ou devrai-je dire au petit matin bien souvent !). Il n’est pas bien compliqué de s’adapter à un mode de vie si doux et reposant ! Evidemment, lorsque l’on est touriste, inutile de faire la sieste en après-midi, autant profiter des musées qui s’offrent à nous et nous gardent à la fraîcheur. Pour ma part, j’ai eu l’immense joie de découvrir les merveilles que peuvent cacher les trois grands musées madrilènes : le musée Thyssen, le musée Reina Sofia  (tous deux possédant des collections tant anciennes que très contemporaines, à l’image de tableaux de Lichenstein, Dali ou encore d’installations de Man Ray), ainsi que l’immense musée du Prado (comprenant œuvres plus classiques disons, tels des Goya ou autre Raphaël). Il est également possible de visiter bon nombre de lieux colossaux, le Palacio de Cristal en tête (sublime édifice tout vitré et à l’architecture impressionnante : un vrai passage obligé dans la capitale ; qui plus est, des expositions ouvertes au public sont rendues accessibles gratuitement à l’intérieur du bâtiment) ou bien le Palacio Real de Madrid (palais royal qui m’a fait écho au célèbre Buckingham Palace londonien). La capitale regorge de bien d’endroits au charme fou, notamment de petites ruelles pittoresques d’antan (Hemingway déambulait dans nombre de ces quartiers par exemple) ou des nombreuses places (Plaza de España, Plaza Mayor, Plaza de la Puerta del Sol, et tant d’autres !). Il est indispensable de découvrir la ville à pied pour trouver par hasard des vues de Madrid insolites ou des petites boutiques locales qui regorgent de bons plans ! Utiliser cette méthode permet la plupart du temps de se retrouver par hasard face à un bâtiment ou monument phare d’Espagne que l’on aurait aisément pu louper en temps normal ! Bref, que dire si ce n’est que la formidable Madrid a su me faire rêver et pourrait ravir tout un chacun par son aspect cosmopolite, ses lieux incongrus mais également son ambiance festive quotidienne ? Baladez-vous et n’hésitez surtout pas à vous arrêter au Mercado San Miguel pour déguster les spécialités avec des locaux (impossible de passer à côté de leurs jambons crus, accrochés en vue tels des tableaux qui semblent vous appâter, ou encore des fameux gazpacho et paella !), à flâner sur la Gran Via (lieu incontournable pour un shopping branché et économique, d’ailleurs les boutiques ferment à 22 heures si vous souffrez de la chaleur et que vous souhaitez faire vos courses à la fraîche), à déguster quelques tapas sur les coups de 15 heures (l’équivalent de notre midi local), goûter une bonne glace rafraîchissante au citron (helado de limón), puis à dénicher quelques souvenirs au grand marché aux puces El Rastro le dimanche matin. Pour les amateurs de football, le rite est de visiter le stade local  et faire un tour dans une des nombreuses boutiques dédiées au Real Madrid (j’y suis entrée malgré mon désintérêt total pour ce club, c’est vous dire !). Bref, nous parlons souvent de la « dolce vita » italienne mais nous pourrions en dire tout autant des espagnols ! Pour ma part, cette aventure dans la capitale a été fabuleuse, j’ai vécu telle une madrilène et autant vous dire que c’est très agréable ! Cette ville vaut vraiment la peine de se déplacer car elle renferme des tas de petits joyaux éparpillés par-ci par-là. Mais que serait l’Espagne sans sa joie de vivre, sa danse et ses chants ? Un passage par Madrid entend forcément une halte obligée par un spectacle flamenco ! Oui, je l’ai fait et, oui, c’est un art absolument magnifique que l’on se doit d’admirer une fois dans sa vie si l’occasion se présente à nous ! Bref, je vais cesser une fois encore cet interminable discours et espère sincèrement avoir réussi à vous transporter avec moi dans ce lieu chaleureux et accueillant. Pour terminer notre périple, je vous laisse entrevoir quelques photographies effectuées au cours de ce bien beau voyage..!

Plein d'amour

img_2430img_2579img_2407img_2595img_2291img_2516img_2358

Publicités

L’inspiration

Bonjour à vous tous, mes chers lecteurs !

Comme promis, je reviens aujourd’hui vers vous avec un article très personnel… En effet, il est temps pour moi de vous livrer mon expérience de la MANAA (pour ceux qui ne connaissent pas, n’ayez crainte, tout est expliqué plus bas !). Provoquant tout aussi bien des montagnes russes émotionnelles qu’une vraie découverte de soi : entrez dans le merveilleux univers des arts appliqués…

12986756_10207693131705313_963262537_o

J’en vois déjà certains venir : « Mais ça veut dire quoi MANAA ? ». Et vous avez raison ! Que se cache-t-il donc sous cette appellation au nom barbare ? Eh bien rien de bien compliqué, MANAA est l’acronyme pour Mise A Niveau en Arts Appliqués. En bref, cette année est obligatoire pour tous les étudiants possédant un bac général ou technologique et souhaitant entrer dans l’univers du design. Cette formation permet ainsi de s’ouvrir à de nombreux domaines tels que le design de produit, d’espace, de mode, le graphisme, l’illustration, la communication visuelle, mais aussi les métiers d’art (broderie, céramique, vitrail, tapisserie, tissage, costume, joaillerie, etc…). Vous l’aurez compris, cette première année commune nous offre l’opportunité de toucher à de nombreux domaines puisqu’elle n’est pas encore propre à une spécialité en particulier. Cette caractéristique nous permet donc à nous, élèves et « apprentis », d’acquérir une ouverture d’esprit très large et d’apprécier des sujets pour lesquels nous ignorions bien des choses ! C’est en tâtant petit à petit tous ces arts que l’on s’oriente vers une formation propre à notre personnalité mais, surtout, à notre sensibilité. L’année de MANAA est tout simplement fantastique puisque généralement l’ambiance de la classe est idéale : pas de conflits, de jalousie, de concurrence, d’histoires type collège ou lycée (c’est-à-dire pas de moqueries ou de concours de popularité par exemple) : bref, on ne peut rêver mieux ! Pour ma part, j’ai eu l’immense joie d’être entourée de personnes adorables. Nous étions tous différents, avec notre propre caractère, notre personnalité, nos petits défauts, mais rien de cela n’a créé de tensions : nous étions une classe où l’on s’entraidait dans le travail et où l’on se motivait ensemble afin de réussir au mieux. Cette entente a d’autant plus été renforcée par nos professeurs qui, dès le début, nous ont encouragés à agir de la sorte. Leur idée était de nous permettre à tous de réussir si l’on travaillait ensemble, et non les uns contre les autres. Cette équipe encadrante a également été pour beaucoup dans notre réussite, toujours à l’écoute, à donner de bons conseils, mais aussi à nous remettre en place ou en question ! Certes, au début il est difficile d’entendre les critiques, à se prendre des remarques moyennement agréables malgré tous les efforts dont on a fait preuve.. Cependant c’est également cela qui forge notre caractère et nous oblige à sans arrêt rechercher, se réinventer, trouver notre personnalité et créer. Au quotidien, la persévérance et le travail sont nos meilleurs alliés. Je ne cache pas que la MANAA est une année éprouvante dans laquelle on donne beaucoup de soi, que l’on peut avoir quelques moments où le moral n’est pas au rendez-vous, où les nerfs craquent. Néanmoins c’est malgré tout la plus belle année de ma petite vie, un beau moment à partager avec ses camarades aujourd’hui amis, une belle leçon de vie, une réelle aventure humaine, beaucoup de joie, de rires et de bonne humeur. Je vous écris beaucoup, pourtant il y a encore tellement à raconter sur cette sublime expérience ! Grâce à cette année, j’ai su trouver ma voie, puiser en moi de nombreuses ressources, j’ai pu avoir l’opportunité de travailler avec un grand designer en workshop, me trouver un merveilleux stage sur Paris d’un mois (que je finis par ailleurs en juin, un article paraîtra prochainement) ou encore passer des entretiens dans de grandes écoles auxquelles je n’aurai jamais pu imaginer postuler. Mais surtout je retiendrai la gentillesse de toutes les personnes qui m’auront accompagnées tout au long de la MANAA. J’ai appris de chacun d’eux, élèves comme enseignants, et j’emporterai un petit bout de leurs personnalités respectives avec moi.. Si jamais certains d’entre eux tombent par le plus grand des hasards sur cet article, je n’ai qu’un mot à vous dire : merci.

Je ne vous embête pas davantage avec ma MANAA. J’espère sincèrement que ce post vous aura plu car celui-ci est sans doute le plus personnel et, de ce fait, le plus compliqué que j’ai écrit depuis l’ouverture de ce blog. Pour information, la photo qui illustre cet article n’est autre qu’une de mes « créations » pour un sujet de design de mode (imaginer une parure pour le cou sur le thème du papier…). Pour ce qui est de ce que je ferai l’an prochain suite à ma MANAA, c’est encore en suspens : ce qui est certain, c’est que ce sera dans le domaine de la mode ! Je vous tiendrai au courant sur ce qu’il adviendra. Sur ce, je vous souhaite une belle semaine inventive et ensoleillée !

Plein d'amour

La Parisienne

Bonjour à vous tous, mes chers lecteurs !

Après une petite pause d’une semaine, je reviens vers vous avec un tout nouvel article concocté à la dernière minute. En effet, je vous avais précisé il y a peu que je m’absenterais le temps d’un voyage dans le cadre de mes études sans vus en dévoiler la destination… Comme vous l’aurez certainement compris, mon échappée a eu lieu dans la sublime ville de Paris et j’ai, de ce fait, souhaité vous décrypter ma vision du fameux style de la Parisienne. Intéressés ? Poursuivez vite votre lecture !

IMG_1376.JPG

Paris, ville lumière, ville d’amour et ville victime de la mode ! Comment ne pas succomber au style de vie à la française ainsi qu’aux habitudes vestimentaires des habitants ? Mais, au fait, les parisiennes ont-elles vraiment un style à part ? Eh bien je vais vous répondre en toute franchise et vous faire part de mon point de vue sur le sujet ! Non, les parisiennes ne possèdent pas un guide sur l’art et la manière de s’habiller ou de marcher dans la rue. Néanmoins, celles-ci possèdent quelque chose en plus qui les démarquent sur notre chemin, que cela peut-il bien être ? Petit décodage… Les parisiennes possèdent ce que l’on veut bien appeler « le chic à la française ». Sous ce terme se cache une aptitude à demeurer élégante lors de n’importe quelle situation. Effectivement, lors de mon périple dans les quatre coins de Paris, j’ai eu l’occasion de voir défiler de nombreuses femmes dans la rue ou le métro, chacune bien distinctes mais qui avaient pourtant ce petit quelque chose en plus en commun. Et ce détail qui les différencient des autres créatures de la planète n’est autre que leur aura. Celle-ci les sublime et leur confère une stature certaine, à la fois élégante, intimidante et décontractée. Car, non, la parisienne ne se prend pas la tête et ne passe pas un temps infini à chercher la tenue qui fera mouche de bon matin. Elle possède un goût inné pour les belles choses qui lui iront à la perfection en toute circonstance. Toute parisienne n’est pas forcément tirée à quatre épingles, loin de là : cette dernière sait aussi bien arpenter sa ville en talons aiguilles qu’en baskets confortables. Elle peut ne pas être maquillée et pour autant être resplendissante. Elle peut également revêtir un simple jogging bien coupé et illuminer son visage naturel d’un beau rouge à lèvres rouge ou rosé. En somme, la femme parisienne type n’est autre que quelqu’un qui possède un charme irrésistible en toute situation. Elle ne s’attache pas aux conventions que l’on veut bien accorder au style parisien puisqu’elle possède un don particulier pour dénicher des pièces simples, sans trop de sophistication, voire basiques mais toujours adaptées à son corps. Elle enfile ses habits sans tracas, qu’elle soit sophistiquée ou dans un style plus cosy, elle ne prêtera jamais attention au regard des autres. Son seul but est de se plaire à elle seule avant tout. Certains jours, nous la retrouverons avec sa meilleure alliée la petite robe noire, d’autres fois avec son « messy bun » négligemment réalisé. Dans tous les cas, elle irradiera et fera honneur à la réputation de sa ville, Paris la merveilleuse.

J’espère que ce post quelque peu différent aura su vous plaire. Pour tout vous avouer, celui-ci s’est décidé à la dernière minute. Mon but premier était de réaliser une ode à la magique Paris mais également de vous faire part de mon avis sur ce style français, que de nombreux individus envient et souhaitent reproduire. Il n’existe cependant pas de guide pour acquérir cette aura parisienne typique, comme vous l’aurez compris. Je vous retrouve rapidement dans la semaine pour une nouvelle vidéo.

Plein d'amour

Alexander McQueen

Bonjour à vous tous, mes chers lecteurs !

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un grand créateur, souvent surnommé en France « l’enfant terrible de la mode ». Vous avez (bien évidemment !) reconnu Alexander McQueen, ce couturier-génie qui dérange et bouscule les codes mais dont on ne peut qu’apprécier les fabuleuses créations ! A l’occasion d’un exposé en cours, j’ai eu l’immense honneur de me voir attribué la tâche de présenter à mes camarades de classe ce cher Monsieur McQueen. Inutile de vous cacher ma joie à l’idée d’entreprendre mes recherches et c’est ainsi que l’idée m’est venue de vous partager quelques unes de mes trouvailles. Certes, je ne vais pas vous faire sa biographie ni vous exposer chacune de ses collections. Je souhaite cependant vous exprimer de la manière la plus concise et convaincante possible pourquoi ce créateur a su faire chavirer mon cœur, je terminerai évidemment sur mes pièces favorites disponibles à la vente en ce moment (en revanche, je ne vous révèlerai pas le prix de ces articles… Inutile de se faire davantage de mal, n’est-ce pas ?).

tumblr_mupzytly9r1rgjlamo1_1280Le couturier est l’une des figures les plus extravagantes du monde de la mode de par son style provocateur et controversé. Il est vrai que celui-ci considère la mode comme une grande scène de théâtre dans laquelle il peut afficher sans complexe son univers hors norme : à la fois sombre, complexe, glauque, sensuel, glamour, anticonformiste et original. Très créatif, Alexander McQueen n’hésite pas à transformer ces mannequins en créatures tantôt divines, tantôt sauvages. Il utilise des matières très techniques et nouvelles pour son époque (PVC, dentelles plastifiées ou vinyle). Ainsi, chacune de ses créations demeurent tant époustouflantes qu’extravagantes. Ses collections étaient sans doute le reflet de ses démons intérieurs (car Alexander McQueen était sans cesse rongé par de nombreuses angoisses et addictions). Malheureusement, cet OVNI rebelle de la mode s’est donné la mort il y a peu, laissant derrière lui une magnifique carrière, magique et en quelque sorte très poétique. Son bras droit, Sarah Burton, a repris les commandes de l’entreprise d’une main de maître et propose aujourd’hui des collections dignes de Monsieur McQueen (dans une version certainement moins sombre). Je vous propose ainsi mes 5 pièces favorites actuelles de l’enseigne, celles-ci étant toujours dans un esprit moderne et original (chaque article possède sa touche : prenons par exemple la monture de lunettes qui cache sur ses branches un détail discret à la manière d’un piercing). J’espère que ce post aura su vous convaincre et que saurez célébrer comme moi le génie de ce créateur hors norme que nous regrettons tous. Faites moi part des enseignes de mode dont vous souhaiteriez que je parle dans mes futurs posts si vous avez en tête quelques idées. Je vous retrouve mercredi ! Ah, petite précision avant que je n’oublie : la semaine prochaine, aucun article ne sera publié sur le blog puisque je serai occupée pour un voyage d’études (rien de bien extravagant, le but étant de visiter de prestigieuses écoles pour notre future orientation). Bref, sur ce, une belle journée à vous tous !

Plein d'amour

Références : Pull | TopBottines | Lunettes | Sac

39592587ux_10_f38499309xv_11_f44922620sb_11_f95000580ve_11_f45284253sf_11_f